CARLSEN-CARUANA : drame à Saint-Louis !

Un drame en 3 actes a eu lieu samedi 25 août 2018, au tournoi Sinquefield Cup à Saint Louis (Etats Unis). Il s’agit d’une partie opposant l’actuel Champion du Monde Magnus CARLSEN (2842) à son challenger, le Grand Maître américain Fabiano CARUANA (2822). C’est leur dernière rencontre sur l’échiquier, avant leur match de championnat du monde, à Londres en novembre prochain. Cette partie revêt donc un enjeu psychologique majeur pour les deux protagonistes.

« La chose la plus difficile aux échecs, c’est de gagner une partie gagnée.» Emmanuel LASKER

 

(C) Crédit Photos Lennart OOTES et V. SARAVANAN

Acte 1 : défi et surprises

La première surprise vient de Magnus. Non seulement, il « ose » entamer sa partie avec le pion roi, mais encore, il n’hésite pas à affronter Fabiano sur son terrain favori en jouant au deuxième coup 2.Cf3, au lieu de son habituel 2.Fc4 qui évite à la fois la Berlin et la Petrov…

Trait aux blancs

Dès le deuxième coup, la bataille psychologique fait rage. Le Champion du monde prévient l’américain qu’il ne redoute pas sa préparation. CARUANA a en effet remis au goût du jour, depuis quelque temps déjà et avec grand succès, la défense PETROV.

Ainsi, les deux champions jouent rapidement les premiers coups pour atteindre une position bien connue de la théorie actuelle des ouvertures.

Trait aux blancs.

Le champion norvégien dévoile sa deuxième surprise. Il joue le coup rare 8. Fc4 au lieu de l’habituel 8.Qd2.

Trait aux noirs.

Acte 2 : attaque et défense

Après une longue réflexion, Fabiano décide de répliquer de façon solide et classique. Son plan est direct : d’abord roquer, puis développer sa dernière pièce mineure par Ff5, ensuite lier ses tours par Dd7 et enfin développer sa tour par Te8.

Trait aux blancs

Pendant ce temps-là, le champion du monde exécute également son plan : d’abord le grand roque puis la poussée de son pion h (suivie du pion g) pour se lancer dans une attaque classique de roques opposés.

Le plan linéaire du Grand Maître américain a aussi un prix à payer : il doit concéder un affaiblissement par l’avancée h6 pour bloquer le pion h adverse en h5.

Trait aux blancs

Ce faisant, les blancs obtiennent un levier en h6 qu’ils vont exploiter par la poussée g4-g5. Bien que CARUANA réussisse à échanger les Dames, ceci ne ralentit pas pour autant l’avancée des soldats blancs.


 Lire aussi : Comment gérer la pression aux échecs ?


CARLSEN est très sûr de lui. Il se permet même de rentrer dans le « confessionnal ». Il s’agit d’un espace fermé, filmé et dédié aux joueurs. Ils peuvent y émettre un commentaire ou partager leur état d’esprit pendant la partie, ceci en toute discrétion pour leur adversaire du jour. Les téléspectateurs profitent en direct et de façon privilégiée à ces confidences.

(C]Twitter – Grand Chess Tour

Magnus se joue de la caméra, ferme la porte et pose un doigt sur sa bouche en guise de commentaire, à l’instar des joueurs de football ou de basket…Chose surprenante de sa part ! On perçoit un léger tremblement du doigt qui trahit ses émotions et sa joie d’avoir obtenu une position très avantageuse.

S’agit-il d’un piège psychologique pour faire croire à son adversaire qu’il est vraiment en train de commenter la partie en cours, lui qui ne rentre que très rarement dans le confessionnal…On verra que tel est pris celui qui croyait prendre…

Mais revenons à la partie.

Trait aux noirs.

Les blancs possèdent un net avantage et les commentateurs voient déjà Magnus gagnant.

(C) Photo: V. Saravanan

CARLSEN expliquera après sa partie son attitude dans le confessionnal :

« J’étais quasiment sûr de gagner, je voulais juste m’amuser un peu, mais cela n’a pas fonctionné … » CARLSEN

Pourtant, le deuxième Champion du Monde des Échecs, Emmanuel LASKER, avait déjà prévenu : il est très difficile de gagner les parties gagnantes. A mon avis, le confessionnal y est aussi pour quelque chose en déconcentrant les joueurs et en leur insufflant des fausses croyances renforcées par une mise en scène médiatique dans laquelle l’acteur se retrouve piégé malgré lui…

La position critique survient au 27ème coup avec trait aux blancs.

Que joueriez-vous avec les BLANCS ?

Trait aux blancs.

Ensuite, CARLSEN s’emmêle les pinceaux et joue d’abord 27.Cg4 puis 28.f6. Cet ordre de coup permet néanmoins aux noirs de répliquer d’abord par 27…Rh8 ! dégageant ainsi la case g8 pour le cavalier en e7, qui revient juste à temps en défense après 28.f6. Le coup 27.f6! de suite était donc beaucoup plus fort et précis, comme le confirme le Grand Maître électronique. Est-ce encore un effet secondaire du Confessionnal ?

D’ailleurs CARLSEN avouera que le bon coup lui est d’abord venu à l’esprit, de façon intuitive, mais pour une raison inexpliquée – ah le mental ! – il n’a pas suivi son intuition et a commencé à calculer de nombreuses variantes, avant de placer son cavalier sur la case g4.


 Lire aussi : Comment gagner une partie gagnée ?


Acte 3 : paix et déception

Après cette occasion ratée par CARLSEN au 27ème coup, CARUANA ne laisse plus son adversaire reprendre l’avantage, et la partie se termine par une triple répétition de coups Cc7 /Te2 /Cb5/Te6, et le partage du point entre les deux combattants.

Trait aux blancs.

Très grosse déception du champion Norvégien !

(C) www.chess.com

Après la partie, CARLSEN s’explique : «  dans toutes mes parties, je n’ai pas joué pratique. J’aime suivre mon intuition pour prendre des décisions…C’est frustrant sûrement…Aujourd’hui il y avait de l’enjeu, évidemment j’étais un peu nerveux… ».

Finalement, Fabiano sort renforcé de ce duel, de surcroît avec les pièces noires. La défense PETROV n’a pas failli à sa réputation d’ouverture très difficile à craquer ! Si vous ne me croyez pas, demandez donc à Maxime (MVL) ce qu’il en pense ? Lui qui a tout tenté pour la « réfuter » lors de la 5ème ronde du tournoi !

A mon avis, on ne reverra pas de sitôt Magnus dans le Confessionnal et on retrouvera le débat sur la PETROV en novembre prochain…

Pour conclure, laissons la parole au valeureux Fabiano qui a gardé son sang-froid et sauvé le demi point :

« Je suppose qu’il pensait que c’était déjà fini. Mais ce ne l’était pas. » CARUANA

A méditer pour votre prochaine partie !


 Lire aussi : La face cachée des erreurs aux échecs !


 

Mentalement vôtre !

Tayeb NAIDJI