« On peut en tirer plus d’utilité d’une partie perdue que de cent parties gagnées. » José Raul CAPABLANCA

Connaissez-vous le classement ELO ? Comment évaluer votre compétence mentale aux échecs ? Comment mesurer son impact sur vos résultats ?

Le classement ELO

Arpad ELO, professeur de physique hongrois, a inventé dans les années 60, le système de classement utilisé actuellement aux échecs. Le classement ELO se construit grâce à un mode d’évaluation statistique du niveau de jeu des joueurs. Il se base sur la force relative des joueurs lorsqu’ils ont disputé un nombre significatif de parties. Le classement évolue ainsi avec leurs performances. L’échelle ELO varie non-linéairement de 1 000 à 3 000 environ. Par exemple, un débutant est classé 1 000 ELO, un Maître environ 2 400 ELO et le champion du monde actuel 2 800 ELO.

Le classement ELO caractérise assez bien le niveau technique du joueur. Cependant, il ne renseigne pas sur sa capacité d’exploiter ses ressources mentales. La connaissance de la « compétence mentale  » est pourtant essentielle de nos jours. En effet, l’écart de « compétence mentale » départage souvent deux joueurs avec un classement ELO identique. La mesure de ce nouveau type de compétence est donc fort utile en pratique…

La compétence mentale

La compétence mentale s’acquiert avec le temps et se façonne avec l’expérience. Je vous propose une échelle de classification en quatre niveaux, correspondant aux stades d’évolution du joueur d’échecs.

Premier niveau : le joueur débutant ne dispose pas encore de la compétence mentale. Il n’en a même pas conscience.

Deuxième niveau : le joueur confirmé, commence à développer sa compétence mentale et prend conscience du travail restant à accomplir pour la développer. L’utilisation de cette compétence n’est pas encore automatique. Un effort conscient et soutenu est nécessaire.

Troisième niveau : le joueur expert, possède désormais la compétence mentale. Il l’utilise de façon inconsciente et sans effort. Il a atteint un seuil suffisant pour comprendre mais il n’est pas en mesure de communiquer aisément à ce sujet.

Quatrième niveau : le joueur devenu Maître, atteint un stade où sa compétence mentale est bien installée. Il utilise ses aptitudes de façon parfaite et de manière inconsciente. Il aussi capable de communiquer à son sujet. Ceci caractérise les joueurs d’échecs professionnels.


  Lire aussi : Croyances limitantes : comment s’en libérer ?


ELO et compétences mentales ?

Le niveau d’acquisition des compétences mentales est normalement corrélé avec le niveau technique du joueur, mais pas toujours…On retrouve ce thème développé dans l‘article consacré aux émotions. Nakamura submergé par le stress de la partie, n’a plus accès aux compétences habituelles…un « court-circuit » lui fait commettre une erreur de débutant !

Ci-après, un tableau simplifié présentant à gauche, les tranches ELO techniques, et à droite le niveau de « force mentale » :

ELO technique Niveau de force mentale
1000 – 1500 Niveau 1
1600 – 1900 Niveau 1 ou 2
2000 – 2300 Niveau 2 ou 3
2400 – 2600 Niveau 3 ou 4
2600 – 2800 Niveau 4

Ainsi, pour un même niveau technique, la différence sur l’échiquier reflétera l’écart de niveau de compétence mentale.

Quand Alexander Alekhine affirmait que «  la psychologie est le facteur le plus important aux échecs », cela sous-entendait « avec une force technique équivalente ». C’était le cas, lors de son match en 1927 pour le titre de champion du monde, contre Raoul Capablanca. Les deux joueurs affichaient un niveau technique équilibré. La balance a néanmoins penché en faveur du Grand Maitre Russe, plus stable psychologiquement que son adversaire. Lors de la 24ème partie par exemple, le Champion Cubain a été très affecté mentalement, de ne pas réussir à gagner une partie qu’il jugeait clairement gagnante. S’est-il finalement vraiment remis de cette frustration avant la fin du match ?

Alekhine remporta finalement le match sur le score de 18,5 à 15,5…


   Lire aussi : Comment gérer la pression aux échecs ?


Le travail du mental au jeu d’échecs est donc essentiel pour créer une différence sur l’échiquier. Les champions comme les amateurs sont concernés !

Et vous ? Quel est votre niveau de compétence mentale ? Comment travaillez-vous cet aspect du jeu ? N’hésitez pas à répondre dans l’espace commentaire, situé tout en bas de cette page !

Si vous souhaitez en savoir plus sur le mental aux échecs, je vous invite à découvrir :
SECRETS POUR GAGNER AUX ECHECS: LA PREPARATION MENTALE – Corps et Esprit