« Un mauvais plan vaut mieux pas de plan du tout. » Mikhail TCHIGORINE

Une structure de jeu solide et efficace constitue un pilier de l’approche mentale. Découvrez comment structurer votre jeu en quatre étapes !

Quatre étapes clés pour jouer et gagner !

Améliorer son approche mentale, pour mieux jouer aux échecs, passe par une vraie phase de structuration du jeu. Une partie d’échecs, ce n’est pas seulement une séquence technique (ouverture, milieu de jeu, finale), c’est aussi un combat mental entre deux individus.

Découvrez comment structurer votre jeu en quatre étapes avec une boucle de rétroaction.

1. La préparation

La préparation est à la fois technique (stratégie et tactique) et mentale (méditation, de visualisation, d’auto hypnose).

L’objectif de la phase de préparation est d’être prêt à jouer votre meilleur jeu possible, le plus longtemps possible. « Jouer » et non pas « jouer et gagner », car le gain reste juste une possibilités parmi d’autres. Acceptez dès à présent l’arbre des possibilités et  accueillez le avec bienveillance !

Aux échecs, trois résultats sont possibles : gagner, perdre ou faire match nul. Bien que cela soit surprenant au premier abord, cela ne dépend pas que de vous ! N’en faites donc pas un objectif direct ! Cela pourrait aussi vous desservir pendant la partie : un joueur outsider pourrait gagner la partie grâce à un adversaire trop confiant jouant en deçà de son niveau habituel…

Jouez votre meilleur jeu, le plus souvent possible, un point c’est tout !

2. L’échauffement

Pratiquez un échauffement juste avant le début de la partie en préparant votre corps et votre esprit à agir, dans un état apaisé et concentré sur le moment présent.

Vous y gagnerez en sérénité, en jouant avec moins de pression – donc plus optimal et vous ressentirez plus de plaisir pendant le jeu.

« La chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés » LOUIS PASTEUR

La mise en place de rituels en début de partie aide grandement à réaliser cette phase avec succès. Je vous invite à lire l’article qui y est consacré :).

3. L’action

La partie commence ! C’est parti ! Concentrez vous sur la prise de décision et sur la mise en place de votre état de Flow !

Entrer en état de Flow le plus rapidement possible ! Il faut compter en moyenne 20 à 30 minutes pour entrer en état de Flow selon les individus. Aussi, pour les parties rapides, les joueurs préparent leur échauffement bien avant la partie…

Le flow est l’état mental atteint par une personne lorsqu’elle est complètement immergée dans ce qu’elle fait, dans un état maximal de concentration.

Cette personne éprouve alors un sentiment d’engagement total et de réussite. Ce concept, élaboré par le psychologue d’origine hongroise Mihaly Csikszentmihaliy a été repris dans des domaines variés et nombreux, du sport à la spiritualité.

L’état de flow correspond à l’état dans lequel se trouvent ceux qui sont fortement engagés dans une activité pour elle-même. N’est-ce pas le propre du joueur d’échecs ?


Lire aussi : Prendre les meilleures décisions !


4. Le feedback

Il sert à tirer des enseignements de la partie jouée sur le plan technique et mental (gestion du flux des émotions, mise en place des rituels, etc).

Le feedback, c’est aussi le premier pas vers la prochaine partie…

Concentrez vous sur la rétroaction directe et immédiate. Les réussites et difficultés au cours du processus sont immédiatement repérées et le comportement ajusté en fonction.

On pourrait croire que la préparation commence avant l’échauffement. En réalité votre préparation commence dès la fin de la partie précédente, c’est à dire pendant le feedback.

Rejouez vos parties précédentes. Analysez vos erreurs et vos points de progression sur le plan technique et aussi mental.


  Lire aussi : La face cachée des erreurs aux échecs !


Et vous ? Quelle étape allez-vous intégrer dans votre prochaine partie d’échecs ? N’hésitez pas à partager votre point de vue dans l’espace commentaire situé en bas de cette page !

Si vous souhaitez en savoir plus sur le mental aux échecs, je vous invite à découvrir :
SECRETS POUR GAGNER AUX ECHECS: LA PREPARATION MENTALE – Corps et Esprit