Garry Kasparov nous dévoile quelques secrets de sa préparation mentale !

Le 13ème champion du monde d’échecs a inauguré fin 2017, une série de vidéos pédagogiques sur le site www.masterclass.com pour apprendre à mieux jouer aux échecs.

Il consacre sa 27ème leçon à l’importance la préparation mentale aux échecs.

Garry a pratiqué plusieurs méthodes de préparation mentale durant sa longue carrière échiquéenne. Cependant, une chose est restée constante au fil du temps dans sa préparation et à laquelle il attache beaucoup d’importance.


  Lire aussi : Votre préparation mentale


Il s’agit de la gestion de son temps de sommeil et de sa capacité à bien dormir. Son principal objectif est de laisser suffisamment de temps de récupération à son cerveau entre deux parties d’échecs.

Bien dormir : la clef de son succès !

« Ma capacité à suffisamment dormir, peu importe la difficulté de la situation dans un tournoi ou dans un match, peu importe le niveau de pression sur mes épaules, a toujours été un élément clef de mon succès. »

Il nous replonge dans son match face à son éternel rival Anatoly Karpov, à Séville en 1987. Après la perte de la 23ème partie, il est mené au score. Sa préparation pour la 24ème partie  – décisive – consistera à bien dormir la veille. Non seulement son cerveau a très bien récupéré, mais encore sa confiance s’est trouvée ré-boostée.

L’ogre de Bakou, contraint de gagner ce dernier match, entama la partie – à la grande surprise de son adversaire – par le début Réti – pourtant réputé ne pas offrir d’avantage aux blancs.

Grâce à la qualité de son sommeil réparateur de la veille, Garry était très confiant en sa force et sa condition physique, disposant d’énergie pour le long combat à venir. On connait la suite, Kasparov finit par remporter cette partie capitale, égalisant le score et gardant ainsi sa couronne.


  Lire aussi : Hygiène de vie aux échecs !


Le 13ème champion du monde conclut cette leçon, par l’importance de la condition physique afin de bien jouer et gagner aux échecs :

« Ma condition physique a toujours été très supérieure à celle des joueurs d’échecs de mon époque »

On ne saurait mieux dire.

Mentalement vôtre !